Attention aux faux sites de pharmacie!

Un réseau illicite de vente de médicaments sur internet a été identifié par le Conseil national de l’ordre des pharmaciens qui a porté plainte sans tarder auprès de l’OCLAESP (Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique). « Mettre en lumière des pratiques contraires à la santé publique, est l’une de nos missions » tient à préciser en préambule, Alain Delgutte, président du conseil central de l’Ordre des pharmaciens, section A (titulaires d’officine), mais cette fois il s’agit bel et bien de piratage.

La cellule de veille mise en place par le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens avait déjà permis de procéder à la fermeture (avec l’organisation mondiale des douanes) de 114 sites illégaux de vente de faux médicaments sur internet. L’affaire aujourd’hui concerne 11 sites délictueux vendant principalement des produits et /ou des contrefaçons qui promettent d’augmenter ses performances sexuelles à des prix très bas. Le problème vient du fait que ces sites portent des noms de pharmacies françaises ! Ce sont donc de faux sites de pharmacie. Mais comment cela a-t-il pu se produire ?

Des noms de domaines récupérés en toute légalité !

« Après avoir enquêté nous nous sommes rendus compte que certaines pharmacies françaises avaient un temps ouvert une « vitrine » sur internet pour présenter leur activité officinale, puis n’avaient pas continué, explique Alain Delgutte, leurs adresses internet sont alors retombées dans le domaine public, si bien que n’importe qui pouvait racheter leurs noms de domaines. Ce que ne s’est pas privé de faire une société russe qui en a acheté 11 rattachés à des pharmacies françaises ayant pignon sur rue ! » Ce véritable réseau illicite de vente de médicaments en ligne a  heureusement  pu être repéré par l’Ordre des pharmaciens qui a porté plainte auprès de OCLAESP (Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique), instance qui a toute autorité pour lancer une action répressive, animer et coordonner à l’échelon national et au plan opérationnel les investigations de police judiciaire relatives aux infractions entrant dans son domaine de compétence. Ce que ne peut pas faire l’ordre des pharmaciens qui en revanche a saisi en parallèle son conseil juridique pour dénoncer l’exercice illégal de la pharmacie à l’encontre des sites incriminés.

Gageons qu’il y en aura probablement d’autres.

Pour les opposants à la vente de médicaments en ligne, cette arnaque pourrait être la confirmation de la dangerosité de la libéralisation du marché des médicaments sur le web. « La vente en ligne des médicaments sur internet est une réalité aujourd’hui, je n’y suis pas opposé, rétorque Alain Delgutte, en revanche, notre rôle est plus que jamais de mettre en garde les internautes sur ces pratiques quasi mafieuses. Nous leur conseillons de toujours vérifier que la pharmacie en ligne choisie soit bien adossée à une réelle officine française comme l’impose la loi. Il en va de leur santé ».

44  e-pharmacies légales autorisées en France

Pour rechercher un site autorisé pour la vente en ligne de médicaments en France, le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens tient à jour une liste des sites internet des officines de pharmacie autorisés par les Agences régionales de santé et la met à la disposition du public sur son site internet (http://www.ordre.pharmacien.fr/ecommerce/search). A ce jour, 44  e-pharmacies  officielles y sont référencées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *