Etats-Unis : feu vert au premier médicament produit par une imprimante 3D

Le gendarme américain du médicament vient d’autoriser la commercialisation du Spritam, comprimé traitant les crises d’épilepsie et sortant d’une imprimante 3D. Une première.

L’agence américaine des médicaments (ou FDA pour « Food and Drug Administration ») vient d’autoriser la commercialisation du Spritam, premier médicament fabriqué avec une imprimante 3D.

Ce comprimé soluble qui permet de traiter les crises d’épilepsie est produit par Aprecia Pharmaceuticals basé dans l’Ohio (Etats-Unis). Un laboratoire qui détient un système d’impression en 3D pouvant, selon un communiqué publié ce mardi, produire des doses allant jusqu’à 1 000 milligrammes par comprimé.

Une commercialisation prévue dès le premier trimestre 2016

Aprecia Pharmaceuticals, qui n’est pas cotée en Bourse, prévoit de distribuer le Spritam (Levetiracetam) dans le courant du premier trimestre 2016. L’entreprise américaine a également indiqué qu’elle envisageait de développer d’autres médicaments en recourant à la technologie 3D au cours des prochaines années.

De son côté, Sandy Walsh, porte-parole de la FDA, a confirmé que le Spritam était bien le premier médicament produit par une imprimante 3D dont l’agence approuve la mise sur le marché. C

Ceci alors que la médecine a de plus en plus recours à l’impression 3D pour produire, notamment, des implants sur mesure pour des patients souffrant de pathologies rares ou ayant subi certaines blessures. D’ailleurs, la FDA avait déjà approuvé la commercialisation de matériels médicaux dont des prothèses fabriquées à l’aide d’imprimantes 3D.

Source ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *